Digital Network hébergement serveurs dédiés serveurs dédié micronux hébergements mutualisés infogérange et monitoring infrastructure réseau et datacenter support technique contacter Digital Network
header
menu

BIEN CHOISIR SON SERVEUR DEDIE

Cela fait plus de 10 ans que Digital Network fourni des serveurs dédiés à ses clients. Cette décennie d'activité a permis à Digital Network d'acquérir une grande expérience en matière de choix et d'évaluation d'infrastructure en fonction d'un projet donné. Cette expérience permet aujourd'hui à Digital Network d'afficher des uptimes de plus de 800 jours sur une grande partie de son parc de serveurs dédiés. Voici quelques questions à se poser, qui vous permettront de mieux appréhender votre projet de serveur dédié.

1) Connaître son projet

Trop d'achat de serveurs dédiés ont lieu avant que le projet qu'il doit héberger ait été correctement dimensionné. Il est important de bien connaître son projet mais également les technologies logicielles qui seront utilisées (php, python, perl, c, cgi, mysql, postgresql, oracle, websphere, dbase, apache...), l'espace physique occupé qui utilisera ces technologies et comment il sera concrètement utilisé : aura t'on besoin de beaucoup d'espace ? Hébergera t'on des gros fichiers, ou plutôt des petits, en quel nombre et sous quelle forme d'arborescence ? Quelle sera la taille physique de la base de données utilisée une fois remplie à moyen terme ? Va t'on faire beaucoup de calcul brut ou bien va t'on plutot lire et écrire des données ? Ces données seront elles de petite taille et nombreuses, ou bien de taille importante et moins nombreuses ? Va t'on traiter beaucoup de tâches en parallèle ou au contraire de grosses tâches les unes derrière les autres ? Une architecture multi-coeurs est elle préférable ou au contraire devont nous bâtir notre serveur sur un processeur puissant mais monocore ?. Les réponses à toutes ces questions permettront dans un premier temps de dimensionner correctement le hardware de votre serveur dédié, et, dans un second temps : de l'installer et de l'optimiser de manière adéquate.

Une fois obtenues les réponses à toutes ces questions, on pourra alors plus facilement évaluer le hardware nécessaire (alimentation, processeur, ram), le type de disque à utiliser (Enterprise Server (ES.2), Velociraptor (10000 tours/min), SAS ou encore SSD SLC), le type de raid à utiliser (RAID 1, RAID5, RAID 1+0, RAID 0+1, RAID6 ou RAID50 ?). Dans tous les cas de figure : il faudra impérativement choisir du matériel certifié serveur et ayant un MTBF (temps moyen de bon fonctionnement) le plus élevé possible.

2) La disponibilité

Quelque soit le projet, on cherche toujours à obtenir la meilleure disponibilité possible pour son serveur dédié. Cependant cette dernière, peut s'exprimer de différente manière. De nombreux hébergeurs ont pour habitude d'indiquer un % de disponibilité comme par exemple : Disponibilité 99%. Mais concrêtement cela veut dire quoi ? A vrai dire pas grand chose. Dans ce genre de %, l'indisponibilité est exprimée sur un total temps. Par exemple 99% de disponibilité sur un mois veut dire qu'il peut y avoir jusqu'à un peu plus de 7H00 heures de panne sur le serveur. Ramené à l'année, ce taux n'est pas bien brillant... Choisir un niveau de disponibilité souhaité sur son serveur dédié, c'est avant tout étudier la fréquence ainsi que le taux de panne jugé acceptable pour le projet. Ainsi est t'il préférable, à temps total égal, d'avoir plusieurs petites pannes, ou un bien une longue panne. Dans les deux cas, quelles sont les limites acceptables afin que le projet ne soit pas en danger ? En cas de remise en service impossible et de restauration de backup nécessaire : combien de minutes, d'heures ou de jours de données peut on perdre sans mettre en danger le projet ? La réponse à ces questions va permettre un premier choix, qui sera éliminatoire pour certains hébergeurs : En fonction de la criticité du projet, on aura besoin d'un datacenter N+1, N+2, N+3 ou Tier4, de transit IP multi-opérateur 100% provisionné et sans overselling ou au contraire d'une simple bande passante partagée sur un opérateur. Quel est le niveau de sécurité requis pour le projet ? Quel est le meilleur compromis entre sécurité et performance au niveau du RAID. Devra t'il y avoir plusieurs serveurs redondants en réplication ? Ces serveurs devront t'ils être répliqués sur des sites physiques différents ? De quel type de backup aura t'on besoin ? En cas de backup incrémental, quelle est la fréquence souhaitée et jusqu'à combien de jours ou de mois faudra t'il pouvoir revenir en arrière au besoin ? Dispose t'on d'un service informatique interne 24/24 et 7/7 ou bien aura t'on besoin d'un hébergeur capable d'infogérer totalement le serveur dédié afin de garantir sa bonne administration et son bon fonctionnement ?

3) L'installation du système

Une fois l'hébergeur choisit, il faut maintenant passer à l'installation du système d'exploitation. Il s'agit d'une étape critique qu'il ne faut pas négliger : en effet, l'installation ou la réinstallation de qualité d'un serveur dédié est une opération difficile à réaliser une fois en cours de production, et qui impacte directement la stabilité mais également les performances de votre système. Du partitionnement des disques, au choix du système de fichiers (ext2, ext3, reiserfs, xfs... ?), ces points cruciaux pourront impacter les performances de votre serveur dédié de plus de 800% en fonction de l'utilisation qui en sera faite. Les questions posées dans l'étape 1 seront une excellente source d'inspiration quant à la méthode à adopter. On installe dans cette étape que le minimum vital : inutile de s'encombrer de softwares qui ne feront qu'alourdir notre système. Une fois le strict nécessaire installé, on peut alors passer à la phase 4.

4) Le tuning ou la spécialisation du système installé

Une fois le système installé, le système de fichiers choisi en place et les disques correctement partitionnés il est temps de passer à la spécialisation du système installé sur le serveur dédié pour l'utilisation que vous allez en faire. Besoin d'un serveur de jeu ? Il faudra peut être reconfigurer le noyau ! Un serveur MySQL ? Même chose, peut être qu'un multitâche moins préemptif que celui proposé par défaut sera plus adapté. Les partitions sont là, oui mais peut être que pour des raisons de performances, un noatime bien placé nous économisera bien des requêtes disques. Enfin, la compilation de chacun des éléments dont nous avons besoin, et avec cela uniquement, nous permettra d'économiser aussi bien en terme de temps d'exécution qu'en occupation mémoire : apache, php, mysql et autres devront être compilés avec les seules extensions nécessaires afin de préserver au maximum les ressources actuelles du système. Il ne faut jamais oublier qu'une simple ms (milliseconde) de gagnée sur une requête, peut représenter des centaines d'heures de temps machine d'économisées sur l'année.

5) L'exploitation du serveur

Du traitement des logs en passant par l'observation des différents composants systèmes, ce travail doit être effectué, sinon quotidiennement, au moins plusieurs fois par semaine. Cette tâche qui peut sembler parfois assez "lourde" est pourtant la clef de la réussite en ce qui concerne l'exploitation de votre serveur dédié, que ce soit en terme de performance ou de stabilité. Grace à ce suivi, vous pourrez surfer sur des uptimes de plus de 600 jours. Cette surveillance du serveur dédié a 2 utilités principales :

Dans un premier temps, un examen minutieux des logs du serveur, permet de détecter un problème bien avant qu'il est des conséquences directes (indisponibilité ou dégradation de service) sur votre serveur. Cela permet en effet d'effectuer, dès qu'un élément suspect est détecté, une maintenance préventive de ce dernier, et ainsi de limiter les temps d'indisponibilité du à un SAV devant être exécuté dans l'urgence.

Dans un second temps, l'observation attentive de l'ensemble des services du système, permet d'adapter ce dernier à votre évolution. Ainsi, le changement de taille de votre base de données MySQL, peut, à terme, faire que vos réglages de départ ne sont plus les mieux adaptés à votre serveur. Grace à ce monitoring quotidien, vous pourrez détecter et mesurer ces évolutions : résultat, les modifications à effectuer au niveau de la configuration du serveur sont progressives et naturelles, et vous permettent d'en exploiter au mieux les ressources.

Enfin, cela permet également de savoir avant que la chute de performance n'arrive, qu'il est bientôt le moment de changer de serveur dédié, ou d'en rajouter un autre.

Ce sont des centaines de questions comme celles ci que les équipes techniques de Digital Network se posent, afin de vous proposer un serveur dédié et une infogérance de qualité adaptée à vos besoins. Si vous souhaiter que l'on étudie ensemble et sans engagement de votre part votre projet, n'hésitez plus et contactez nous à l'adresse suivante : sales@digital-network.net

Enfin n'hésitez pas à consulter nos offres catalogues (offres spécifiques disponibles sur demande) en cliquant sur le lien suivant : serveurs dédiés


Copyright Digital Network (c) 1999